English

English

 

Good morning, Luca. How are you? Thanks for agreeing to this interview.

Hi… thank you for giving me the opportunity to share my language experiences with all the language enthusiasts like us.

Could you briefly introduce yourself and tell us about what you have been doing so far, where you have lived, which languages you have learned? What do you do or have you done in your life? 

Of course…I am Italian, just like you. I am 36 years old and I come from Salento, southern Italy.  From an early age I have had two passions – art and foreign languages.  They have always had a strong impact in my life choices.  After graduating from art school, which I chose because of my inclination towards drawing, painting and carving, I decided to enroll at The University of Venice and study Japanese and Chinese.  After a short stay in Japan, I graduated from university and went to Taipei, where I spent 8 months improving my Chinese while teaching English at a kindergarten. I had written my final dissertation about Japanese graphic design and was so fascinated by that topic that I decided to do an MA in graphic design in Japan.  In the meantime, I was working part-time as an Italian language teacher. I loved that job, so I ended up giving up graphic design and started to teach Italian and English at two universities in Tokyo.  I lived in Japan for a total of 10 years.

Three years ago, I finally decided to move back to Europe. I wanted to teach Japanese, so I moved to London to do an MA in Applied Linguistics & Language Pedagogy.  Now I work as an associate lecturer of Japanese and Italian at a university in the UK.  Also…I forgot to mention my great passion for translation.  Over the years I have also worked translating manga.  I do this alongside teaching.  This is, in short, what I have done so far…

First of all, let’s start from a typical question. Why did you start learning Japanese? What prompted you to do so? What was your motivation?

My passion for Japanese began as a child and was influenced by Japanese cartoons. I remember being fascinated by the writing system on TV, especially characters, which I knew were from Chinese.  This sparked my interest in them. When I was in junior high school I read a book which was enlightening – “Chinese Calligraphy: From Pictograph to Ideogram” by Edoardo Fazioli. It contained an explanation of the history and meaning of all the 214 radicals through pictures and it was very useful.  However, I was interested in Japanese and finding materials in Italian was not easy at that time.  I came to a solution during a school trip to Rome.  I bought a guidebook of the city in Japanese, together with its Italian translation.  This was my textbook for many years to follow, along with a Japanese-English dictionary that I bought shortly after.  I used to slavishly copy portions of text from the guidebook in order to compare them with the Italian version. There were time when I didn’t know the pronunciation of some words or the meaning of some grammatical structures, but the “compared analysis” I did over the years helped me acquire an extensive vocabulary…

Finally, I would like to stress my fascination for calligraphy (shodo) as a marriage of art and words. As soon as I arrived to Japan, I joined a calligraphy school and eight years later I was awarded a “master” qualification. It was one of the greatest achievements in my life. Copying Chinese classical calligraphy works by brush is a way to fight stress…

Japanese is one of the most popular languages in the world, but it also has a reputation for being one of the hardest. Which are the most difficult aspects of Japanese for an Italian language speaker (or a speaker of an “inflected” language)? And what is easy about it?

Let’s start by saying that we find Japanese very easy to pronounce.  It has 5 vowels, all of them very similar to the Italian ones, except for “u”.  Consonants – apart from an aspirated “h” – do not pose any problem either.  Unlike English speakers, I would say we are very lucky in that respect. In addition to this, Japanese does not have grammatical categories such as articles before nouns, the difference between singular and plural forms, and different verb endings according to the person.

Regarding the difficult aspects…First of all, I would mention the writing system, which is a mixtures of two syllabaries of 50 symbols each (hiragana and katakana), plus the Chinese characters (kanji).  You need to know at least 2000 of these.  Another difficult aspect, especially in the early stages of your study, is syntax (i.e. the order in which words appear in a sentence).  Finally the vocabulary is completely different from the European languages. This will slow down the acquisition of new words.

I know you are teaching at university…What kind of approach do you usually take with your students?  How do you go about kanji memorization and the difficult syntax?  Also, what kind of approach would you generally recommend to those who wish to study Japanese on their own?

Generally, I follow a textbook and focus only on the dialogues, avoiding tedious and mechanical drills.  I have students listen to the audio with and without looking at the script, practice role play, but above all, I always let them first guess the meaning of new vocabulary or grammatical structures by themselves.  Basically, it is an approach that goes from context to practice through different kinds of activities (in pairs or groups), and the aim is keeping students’ curiosity and motivation alive.

With regard to kanji, the common practice in Japanese courses is to consider them separately, something complicated to be addressed at a later stage. But I don’t agree with that approach. They also tend to have students learn them one by one.  Knowing that学 (gaku) means “to learn” and  生 (sei) “to be born” is not helpful at all if you cannot recognize 学生 (gakusei), the word for “student”.  It would be akin to knowing what “tele” (far) and “phone” (sound) mean, while being unaware of the meaning of “telephone”.  Luckily enough, at the university where I teach we have a different approach.  By using a “spaced-repetition” technique, we make sure students are able to recognize the meaning of the basic components of kanji (about 280 divided into different semantic categories) in a matter of weeks. In this way, a “core” of associations between shapes and meanings is formed in the brain.  This is extremely useful in the subsequent stage, where we study kanji words, usually taken from dialogues in the textbook or in sentences we ask students to copy by hand.

You also asked me about syntax…Well, Japanese is an SOV (subject-object-verb) language, so if you want to say “Today, I don’t go to school because I have a fever”, in Japanese you would say “Today, fever have because, school-to go-not”. Being able to express yourself in such a way might sound unbelievable at first, but the key to speed up the process is getting used to sentence structure right from the beginning.  In that respect, I believe a method like yours – based on translation – is the most appropriate.  At the end of each lesson, I usually give my students a bunch of sentences containing new vocabulary and structures and ask them to first write a word-by-word translation of them, followed by one in plain English.  Finally, I ask them to self-correct and notice their mistakes, something which is very important.

For those who wish to learn Japanese on their own, I highly recommend using a method which allows self-check.  Without a teacher for you there, the textbook will be your guide.  You just need to find a good book, with interesting dialogues and some grammatical notes, accompanied by a CD. Regarding kanji, I would start out from studying all the radicals first, then switch to learning kanji words in a natural way, as they appear in the dialogues. For the rest, I would apply this fantastic method of translating to L1 and vice versa.  You will soon see the results!

Pitch accent in the pronunciation of Japanese. Is it important to know about it from the beginning?  In my case it was…

Yes, it is important to know about the existence of different patterns and pitch rules, although this is an aspect which is usually not addressed in traditional Japanese classes…It is about pronouncing the syllables which make up a word with a different height or tone. For example, the difference between a-ME (“candy”, low-high) and A-me (“rain”, high-low).  It works in a similar way to the English words DE-sert and to deSERT.  Moreover, accent changes from area to area, although the Tokyo accent is considered as the standard.  In my opinion, letting students know about this phenomenon helps them gain awareness of their own pronunciation and improve it.

You lived in Japan for 10 years, so you can provide a special point of view not only on the language, but also on the culture.  What matters more in a working environment (being humble, simple…)? Would a clumsy gaijin (“foreigner”) be forgiven for misusing the honorific language?

The Japanese usually prefer team spirit to individualism.  In many areas, showing off or display one’s knowledge or abilities is not a common practice.  Being humble is a highly appreciated virtue.  Although generalizations should be avoided, they usually tend to hide their feelings by smiling, bowing and controlling themselves rather than showing their point of view openly as we do in the West.  Regarding keigo (the honorific style), I would say there is nothing to be worried about.  Even Japanese people learn to use it properly only after they leave school and start working.

Are there any particular behaviors you definitely need to avoid in a social context?  Sneezing in public, for example…

Sneezing…I would rather say, blowing your nose!  In fact, while we are used to blowing our nose, Japanese people tend to sniff.  I remember that many of my students with a cold would keep sniffing for the whole lesson…Generally, you should avoid blowing your nose in front of other people.  It is preferable to use a tissue and throw it away afterwards. Never stuff it in your pocket. Other things that come to my mind are: refrain from eating while standing or walking in the street; do not talk on mobile phones on public transportation; avoid direct physical contact or fixing someone in the eyes; do not interrupt people when they are speaking or formulating an idea.

From our meeting I know you also love languages in general, not just Japanese.  Which languages you are currently working on?  I am delighted to know that you are using my method.   What do you think of it?  What are its strengths and weaknesses?

Yes. I have always studied English at school, but I worked on German, French, Russian and Greek on my own.  However, since I did not have a specific study method, I mostly focused on grammar and reading comprehension.  That is why I now have a passive knowledge in all these languages. Then, two years ago, I discovered Youtube videos of other language enthusiasts and they encouraged me to start studying languages again.  Their study methods interested me the most.  Among many ‘polyglots’, I was particularly struck by you and the abilities you demonstrate. I wanted to adopt your method, so I tried to figure it out on my own and applied it to Czech.  However, after studying for six months, I realized that something was not working. I believed I would get to the end of my Teach Yourself Czech and be able to have a decent speaking ability, but that was not the case… I was so disappointed that I decided to get in touch with you and come to see you in Paris.  Actually, I am very glad I did.  Talking to you helped me to realize that I was following not following your regime correctly.  My progress was too fast and I was not allocating enough time to “digest” the material I was dealing with.  I was also too impatient to see results and, above all, I realized I was not sufficiently motivated.  I had chosen the Czech language by chance, after a holiday in Prague.  After our meeting, I thus decided to apply your method to Spanish. Now, seven months on, I can reap the rewards of my effort and I am really impressed with what I have achieved.

If I had to describe your method, three adjectives come to my mind:
1. Natural – grammar and vocabulary are absorbed in a natural way

2. Gradual – small amounts of information at a time “digested” without effort and stress

3. Effective – different skills are simultaneously developed with tangible results

For those who love writing and learning by translating, this method allows you to acquire a solid foundation in the language up to an intermediate level.  Once you finish a basic book (Assimil, Teach Yourself, etc.), you can keep applying it to longer and more structured texts. However, in order to develop “real fluency” in speaking the language, you need to integrate it with more practical activities.  For example, you recommend starting to speak to yourself right from the beginning, or talking with natives by using text chat first and voice chat at a later stage.  I then added other activities.  I did an Italian-Spanish exchange with a native speaker; took part in an English-Spanish meet-up group; started to watch Spanish TV (news, TV dramas, etc.) after 3 months; started to read El País, books and magazines after six months…Basically, it is important to tackle the language from different angles and always choose pleasant and interesting activities.  As you always say, you go from a quality work with a textbook, and you add quantity later on.  And I must say the results you get are incredible!  I can’t thank you enough for showing me such an effective method.

And I would like to thank you, Luca, for this great interview! You are welcome! 

 

You can read this article in Italian here

 

french

French

Interview avec Luca Toma

Bonjour, Luca. Comment vas-tu ? Merci d’avoir accepté cette interview.

Salut, merci de me donner l’opportunité de partager mes expériences de langues avec tous les mordus de langues comme nous.

Peux-tu brièvement te présenter et nous raconter tes expériences, où tu as vécu, quelles langues as-tu apprises ? Que fais-tu ou qu’as-tu fait durant ta vie ?

Bien sûr…je suis italien, comme toi. J’ai 36 ans et je viens du Salento, au sud de l’Italie. Depuis que je suis jeune, j’ai deux passions – l’art et les langues étrangères. Ils ont toujours eu un fort impact sur mes choix dans la vie. Après avoir obtenu un diplôme en école d’art, école que j’ai choisie du fait de mes préférences en termes de dessin, de peinture et de sculpture, j’ai décidé de m’inscrire à l’Université de Venise pour étudier le japonais et le chinois. Après un court séjour au Japon, j’ai terminé mes études à l’université et je suis allé à Taipei, où j’ai passé huit mois pour améliorer mon chinois tout enenseignant l’anglais dans une école maternelle. J’ai rédigé ma dissertation finale sur la conception graphique japonaise et je fus tellement fasciné par le sujet que j’ai décidé de faire un «Master of Arts » en conception graphique au Japon. Dans le même temps, je travaillais à temps partiel en tant que professeur d’italien. J’adorais le travail alors j’ai fini par abandonner la conception graphique et j’ai commencé à enseigner l’italien et l’anglais dans deux universités à Tokyo. J’ai vécu au Japon pour une durée totale de dix ans.

Il y a trois ans, j’ai finalement décidé de revenir en Europe. Je voulais enseigner le japonais, alors je suis allé à Londres pour  passer une maitrise en linguistique appliquée et pédagogie des langues. Maintenant, je travaille en tant que professeur associé de japonais et d’italien dans une université du Royaume-Uni.

Ah oui, j’oubliais de mentionner ma grande passion pour la traduction. Depuis plusieurs années, j’ai aussi travaillé à la traduction de mangas. Je continue à le faire en même temps que j’enseigne. En bref, c’est ce que j’ai fait jusqu’à présent.

Tout d’abord, commençons par une question typique. Pourquoi as-tu appris le japonais ? Qu’est-ce qui t’a poussé à le faire ? Quelles furent tes motivations ?

Ma passion pour le japonais vient de mon enfance, quand je fus influencé par les dessins-animés japonais. Je me souviens avoir été fasciné par le système d’écriture à la télévision, en particulier les caractères, dont je savais qu’ils venaient de Chine. Cela a attiré mon intérêt. Durant mes études secondaires, j’ai lu un livre qui fut déterminant – «Chinese Calligraphy : From Pictograph to Ideogram» d’Edoardo Fazioli. Il contenait une explication de l’histoire et de la signification des 214 caractères radicaux à travers des images. C’était très utile.

Néanmoins, j’étais intéressé par le japonais et trouver des ressources en italien n’était pas facile à l’époque. J’ai trouvé une solution durant un voyage scolaire à Rome. J’ai acheté un guide touristique en japonais de la ville, en même temps que la traduction italienne. Ce fut mon livre pour les années suivantes, avec un dictionnaire japonais-anglais acheté très peu de temps après. J’avais l’habitude de copier servilement des portions de texte du guide touristique afin de les comparer avec la version italienne. Par moments, je ne savais pas la prononciation de certains mots et la signification de certaines structures grammaticales, mais «l’analyse comparée» faite à travers le temps m’a permis d’acquérir un vocabulaire conséquent.

Enfin, je voudrais souligner ma fascination pour la calligraphie (shodo), mariage entre l’art et les mots. A peine suis-je arrivé au Japon que j’ai rejoint une école de calligraphie et huit ans plus tard, j’ai été récompensé par une qualification «supérieure». Ce fut l’un de mes plus grands succès durant ma vie. Imiter la calligraphie chinoise classique au pinceau est un bon moyen de vaincre le stress.

Le japonais est l’une des langues les plus populaires dans le monde, mais il a aussi la réputation d’être l’une des plus difficiles. Quels sont les aspects les plus ardus du japonais pour un locuteur d’italien (ou pour un locuteur d’une langue tout aussi différente) ? Et quels sont les aspects les plus faciles ?

Tout d’abord, le japonais est très facile à prononcer pour nous. Il a cinq voyelles, toutes similaires aux voyelles italiennes, excepté le «u». Les consonnes, à l’exception du h aspiré, ne posent pas non plus de problèmes. Contrairement aux anglophones, je dirai que nous sommes très chanceux par rapport à cet aspect. De plus, le japonais n’a pas de catégories grammaticales comme les articles avant les noms, la différence entre le singulier et le pluriel ainsi que sur les terminaisons de verbes selon la personne.

Concernant les aspects difficiles…

Premièrement, je voudrais mentionner le système d’écriture, qui est un mélange de deux syllabaires de cinquante symboles chacun (hiragana et katakana), en plus des caractères chinois (kanji). On doit en connaitre au moins 2000 d’entre eux. L’autre aspect difficile, en particulier pour les débutants, est la syntaxe (l’ordre des mots au sein d’une phrase). Enfin, le vocabulaire est totalement différent de celui des langues européennes. Ce vocabulaire ralentit l’acquisition de nouveaux mots.

Je sais que tu enseignes à l’université… Quelle est ton approche habituelle avec les étudiants ? Comment présentes-tu la mémorisation des kanji et la syntaxe difficile ? Aussi, quelle approche conseillerais-tu à ceux qui souhaitent étudier le japonais par eux-mêmes ?

Généralement, je suis un texte et me focalise uniquement sur les dialogues, évitant les exercices pénibles et mécaniques. Je demande à mes étudiants d’écouter le document audio avec ou sans le texte sous les yeux, de pratiquer des rôles de situation, mais surtout, je les laisse d’abord deviner seuls la signification de nouveaux mots et les structures grammaticales. De manière basique, c’est une approche qui part du contexte pour pratiquer à travers différentes activités (à deux ou en groupes) et le but est de garder intactes la curiosité et la motivation des étudiants.

Concernant les kanji, la pratique commune en cours de japonais est de les considérer séparément, quelque chose de compliqué à effectuer à un stade ultérieur. Mais je ne suis pas d’accord avec cette approche.

On a aussi tendance à laisser les étudiants les apprendre un par un. Sachant que 学 (gaku) signifie « apprendre » et 生(sei) « être né » ne sert à rien si l’on ne reconnait pas学生 (gakusei), le mot pour étudiant. C’est un peu comme connaitre le sens de «tele» (loin) et de «phone» (son) e n’ayant aucune idée de la signification du mot «téléphone».

Heureusement, à l’université où j’enseigne, notre approche est différente. Grâce à une technique de «répétition espacée», nous sommes certains que l’apprentissage par les étudiants des composants principaux des kanji (à peu près 280 divisés en différentes catégories sémantiques) n’est qu’une question de semaines. En ce sens, un «noyau» d’associations entre formes et expressions se forme dans le cerveau. Cela est très utile pour le prochain stade, où nous étudions les mots en kanji, habituellement tirés de dialogues dans les livres ou dans les phrases que nous demandons aux étudiants de copier à la main.

Tu me parles aussi de la syntaxe. Et bien, le japonais est une langue de type SOV (sujet-objet-verbe), donc si tu veux dire «Aujourd’hui, je ne vais pas à l’école car j’ai de la fièvre», en japonais, tu diras «Aujourd’hui, de la fièvre ai car, à l’école ne vais pas». Etre capable de s’exprimer ainsi parait incroyable au début, mais la clé pour faire des progrès rapide est de s’habituer à cette structure dès le début. Par conséquent, je crois qu’une méthode comme la tienne – basé sur la traduction – est la plus appropriée.

A la fin de chaque leçon, je donne habituellement à mes étudiants des phrases contenant des nouveaux mots et de nouvelles structures et je leur demande d’écrire tout d’abord une traduction mot par mot, puis une traduction en bon anglais. Enfin, je leur demande de s’autocorriger et de noter leurs erreurs, ce qui est très important.

Pour ceux qui souhaitent étudier le japonais par eux-mêmes, je leur recommande chaudement une méthode qui leur permet de vérifier leurs progrès. Sans un professeur, le livre sera leur guide. Ils ont seulement besoin d’un bon livre, avec des dialogues intéressants, des notes grammaticales et contenant un CD.

Concernant les kanji, je commencerais personnellement par étudier tout d’abord les radicaux, puis de passer par l’apprentissage des mots en kanji de manière naturelle, comme ils apparaissent dans les dialogues. Pour le reste, j’appliquerai cette fantastique méthode de traduction en langue maternelle et vice-versa… Vous verrez bientôt les résultats !

L’accent de hauteur dans la prononciation du japonais. Est-ce important de le savoir depuis le début ? 

Dans mon cas, ça l’était… Oui, il est important de connaitre les différentes règles d’accents de hauteurs et d’intonations, même si c’est un aspect qui n’est pas habituellement adressé aux classes de japonais traditionnelles. Il s’agit de prononcer les syllabes composant les mots avec un ton différent. Par exemple, la différence entre «a-ME» (bonbon, bas-haut) et « A-me » (pluie, haut-bas). Cela marche de manière similaire avec les mots anglais DEsert et deSERT.

De plus, l’accent change selon les régions, bien que celui de Tokyo soit considéré comme étant l’accent standard. A mon avis, laisser les étudiants en savoir plus sur ce phénomène les aide à prendre conscience de leur propre prononciation et de l’améliorer.

Tu as vécu dix ans au Japon. Tu peux alors nous donner un point de vue non seulement sur la langue mais aussi la culture. Qu’est-ce qui importe le plus dans l’environnement de travail (être humble, simple…) ? Pardonnent-ils à un gaijin (étranger) maladroit de malutiliser leur langue honorable ?

Le Japonais préfère le plus souvent l’esprit d’équipe à l’individualisme. Dans plusieurs endroits, se vanter ou montrer des connaissances particulières ne sont pas des pratiques courantes. L’humilité est une vertu très appréciée. Même s’il faut éviter les généralisations, ils cherchent à cacher leurs émotions en souriant, en s’inclinant et en se contrôlant plutôt que de donner leur point de vue aussi ouvertement que nous en Occident.

Concernant le keigo (le style honorifique), je dirais qu’il n’y a rien à craindre. Même les Japonais apprennent à l’appliquer correctement lorsqu’ils arrêtent leurs études pour travailler.

Existe-t-il des comportements particuliers à éviter absolument en société ? Eternuer en public par exemple…

Eternuer… je dirais plutôt, se moucher ! En fait, alors que nous sommes habitués à nous moucher, les Japonais ont l’habitude de renifler. Je me souviens que beaucoup de mes étudiants ayant attrapé froid reniflaient durant tout le cours. Généralement, il faut éviter de se moucher devant les autres. Il est préférable d’utiliser un mouchoir et de le jeter juste après. Ne jamais le remettre dans la poche.

Ce qui me vient également en tête : éviter de manger en marchant ou en restant debout dans la rue, ne pas parler au téléphone dans les transports publics, éviter le contact physique direct ou regarder quelqu’un dans les yeux, éviter d’interrompre les gens lorsque ces derniers parlent ou formulent une idée.

Depuis notre rencontre, je sais que tu es un amoureux des langues en général, et pas seulement le japonais. Quelles langues es-tu en train d’apprendre ? Je suis ravi de savoir que tu utilises ma méthode. Qu’en penses-tu ? Quelles sont ses forces et ses faiblesses ?

Oui. J’ai toujours étudié l’anglais à l’école, mais j’ai étudié l’allemand, le français, le russe et le grec par moi-même. Cependant, puisque je n’avais pas de méthode d’apprentissage spécifique, je me suis toujours focalisé sur la grammaire et la compréhension écrite. C’est pour cela que j’ai dorénavant une connaissance passive dans toutes ces langues. Puis, il y a deux ans, j’ai découvert les vidéos Youtube d’autres fanas de langues et elles m’ont encouragé de recommencer à apprendre de nouvelles langues. Leurs méthodes de langues m’ont le plus intéressé. Parmi d’autres polyglottes, j’ai été particulièrement obnubilé par toi et les connaissances que tu démontrais. Je voulais adopter ta méthode, alors j’ai essayé de l’utiliser avec le tchèque. Néanmoins, après six mois d’études, j’ai réalisé que quelque chose ne marchait pas. Je croyais venir à bout de mon livre « Teach Yourself Czech » et d’atteindre un niveau de conversation décent mais ce ne fut pas le cas. J’ai été déçu alors j’ai décidé de te rencontrer et de venir te voir à Paris.

En fait, je ne le regrette pas. Te parler m’a aidé à réaliser que je ne suivais pas correctement ta méthode. Mes progrès étaient trop rapides et je me laissais peu de temps pour « digérer » les ressources que j’utilisais. J’étais également trop impatient de voir les résultats et surtout, j’ai découvert que je manquais de motivation. J’ai choisi la langue tchèque par hasard, après des vacances à Prague. Après notre rencontre, j’ai décidé d’appliquer ta méthode avec l’espagnol. Maintenant, en six mois, je peux récolter le fruit de mes efforts et je suis vraiment impressionné par mes progrès.

Si je devais décrire ta méthode en trois adjectifs :

1. Naturel – la grammaire et le vocabulaire sont absorbés naturellement

2. Graduel – des petites quantités d’informations digérées pas à pas, sans effort ni stress.

3. Efficace – des aptitudes différentes sont développées simultanément avec des résultats tangibles.

Pour ceux qui adorent écrire et apprendre par la traduction, cette méthode permet d’acquérir une base solide dans une langue jusqu’à un niveau intermédiaire. Après avoir fini un livre basique (Assimil, Teach Yourself etc…), on peut l’appliquer à des textes plus longs et plus structurés.

Néanmoins, afin d’acquérir une vraie maitrise d’une langue à l’oral, il est nécessaire de l’intégrer à des activités plus pratiques. Par exemple, tu recommandes de parler à soi-même dès le début, ou de converser avec des natifs en utilisant d’abord le «chat» puis la conversation vocale à un stade avancé. J’ai rajouté d’autres activités : j’ai fait un échange italien-espagnol avec un natif, pris part à une réunion de groupe anglais-espagnol, commencé à regarder la télévision espagnole (journal, séries, etc…) après trois mois, commencé à lire El Pais, des livres et magazines après six mois…

Fondamentalement, il est important d’aborder la langue sous différents angles et de toujours choisir des activités agréables et intéressantes. Comme tu l’as toujours dit, tu pars d’un travail de qualité avec un livre pour en suite ajouter de nouvelles ressources par-dessus. Et je dois dire que les résultats sont impressionnants ! Je ne saurais jamais assez te remercier de m’avoir montré une méthode aussi efficace.

Et je voudrais te remercier, Luca, pour cette super interview !

Il n’y a pas de quoi !

 

___________________________
Luca Toma

Luca has a passion for foreign languages and cultures.  He graduated in Japanese Language and Literature at Ca’ Foscari Univeristy of Venice in 2000.  Since then, he has been combining his passion for translation with his quest for new methods for teaching and self-study for foreign languages.  He works as a translator from Japanese to Italian and he has lived in Tokyo for about 10 years.  Upon obtaining an MA in graphic design from Tama Art University (Tokyo), he worked as an English language instructor for the same university, and as an Italian language teacher for Obirin University (Tokyo).  In 2009, he received an MA in Applied Linguistics & Language Pedagogy from London University.  Currently, he works as an associate lecturer of Japanese and Italian at Oxford Brookes University.

Luca Toma is available for private lessons over the Internet. He teaches Japanese (from Italian or English) and Italian (from Japanese or English). 

 

Media:

Related posts: